La portée universelle de la révolution culturelle.Union des Communistes de France (Marxiste-Léniniste) La portée universelle de la révolution culturelle.

Publié le par ANTIFA

Union des Communistes de France (Marxiste-Léniniste)
La portée universelle de la révolution culturelle


Sur cette solide base politique venue de notre histoire , il faut s’emparer de la question du marxisme, du maoïsme comme courant révolutionnaire mondial , comme base théorique et idéologique , comme systématisation de la plus grande expérience révolutionnaire de notre temps: la GRANDE RÉVOLUTION CULTURELLE PROLÉTARIENNE .

La Révolution Culturelle n’est pas une simple phase tactique de l’édification du socialisme en Chine.

Elle n’est pas un simple mouvement de masse pour rectifier et régénérer le Parti.

Elle est, comme le disent les camarades chinois, « sans précédent dans l’histoire. »

Elle est LA grande révolution de notre temps.

Elle est pour la deuxième moitié du XXème siècle, ce qu’a été la Commune de Paris pour le fin du XIXème , ce qu’a été Octobre 17 pour le début de notre siècle.

Prendre position sur ce point distingue radicalement le marxisme-léninisme du révisionnisme moderne .

Notre Maxime , c’est : « Dis-moi ce que tu penses de la révolution culturelle, je te dirai si tu es un révolutionnaire marxiste-léniniste. »

La Révolution Culturelle est une RÉVOLUTION au sens plein du terme : les masses populaires s’en prennent à la question de l’Etat, se mêlent des affaires de l’Etat.

Il s’agit de débusquer et d’abattre les représentants politiques d’une classe : la nouvelle bourgeoisie présente dans le Parti Communiste.

La Révolution Culturelle est une REVOLUTION PROLETARIENNE.

La classe ouvrière y met en avant et pratique le mot d’ordre : « LA CLASSE OUVRIÈRE DOIT DIRIGER EN TOUT. »

A partir des tempêtes révolutionnaires ouvrières à Shanghaï en Janvier 67 , le prolétariat fait, à une échelle sans précédent, son entrée massive sur la scène politique.

Il entre dans les universités , il va directement diriger le combat dans la superstructure.

La Révolution Culturelle fait surgir dans la réalité des nouveautés socialistes inconnues auparavant :

- LES COMITÉS RÉVOLUTIONNAIRES DE TRIPLE UNION , qui prennent en main la gestion des unités de production.

- LES UNIVERSITÉS LIÉES AUX USINES, l’entrée des paysans pauvres et des ouvriers dans les universités.
Tout cela organise la réduction de la DIFFÉRENCE ENTRE TRAVAIL MANUEL ET TRAVAIL INTELLECTUEL.

- L’ÉTUDE DE MASSE VU MARXISME, et en particulier de la PHILOSOPHIE , qui fait barrage au monopole élitiste de la conception fermée du Parti.

- LA MOBILISATION POUR UN ART ET UNE CULTURE RÉELLEMENT PROLÉTARIENS .

- LA PARTICIPATION GÉNÉRALISÉE DE TOUS LES CADRES AU TRAVAIL PRODUCTIF.

- L’IMPLANTATION MASSIVE DES JEUNES INSTRUITS CHEZ LES PAYSANS- PAUVRES .

Et quantité d’autres transformations révolutionnaires qui visent à faire des masses un rempart invincible contre la restauration du capitalisme.

Sur la base de la Révolution Culturelle, le maoïsme approfondit et transforme tous les grands concepts du marxisme .

Le concept de classe sociale lui-même est soumis à réexamen : cette « bourgeoisie au sein du Parti » dont parle Mao Tsé Toung , elle n’est pas définie en termes de possession des moyens de production !

Ce qui est en cause, c’est son projet d’Etat, son projet politique.

La tâche fixée, c’est de mettre la politique au poste de commandement, c’est de chercher la base sociale de la nouvelle bourgeoisie révisionniste, de son projet politique.

A l’heure du programme commun, voilà une indication décisive.

La Révolution Culturelle et le maoïsme, de façon centrale , transforment la notion même de dictature du prolétariat.

Elles mettent en évidence que l’axe n’est pas la construction du socialisme.

L’axe, c’est la lutte des classes.

Lénine disait « n’est pas marxiste celui qui n’étend pas la reconnaissance de la lutte des classes jusqu’à celle de la dictature du prolétariat. »

La Révolution Culturelle nous enseigne : 

« n’est pas marxiste celui qui n’étend pas la reconnaissance de la dictature du prolétariat jusqu’à celle de la lutte des classes. »

Le socialisme n’est pas dabord une « construction. »

C’est une lutte de classe.

Voilà pourquoi la Révolution Culturelle est la révolution de notre temps.

Nous disons :
VIVE LA GRANDE RÉVOLUTION CULTURELLE PROLÉTARIENNE,
VIVE LA LUTTE DES CLASSES SOUS DICTATURE DU PROLÉTARIAT!

(document de l’Union des Communistes de France (marxiste-léniniste),datant de 1975, au sujet de la Révolution Culturelle en Chine.

Publié dans Infos générales

Commenter cet article