LE CHANT DU CRASSIER

Publié le par ANTIFA


Colline rouge

 I

Le pays des trois frontières

 C'est le pays haut

 Dans la vallée de la chiers

Des usines des hauts fourneaux

L'métallo s'met en colère

C'est l'chômage, y a plus d'boulot

Au pays des trois frontières

Dans le pays haut

 

II

Pyramide de cendre

Crassier du labeur

Je ne vais pas vous l'apprendre

D'l'ouvrier c'était la sueur

Et même au convertisseur

C'est pas l'prolo qu'y a fait son beurre

Qui qui trinque dans la chanson Videmment c'est pas l'patron

 

III

 

Au pays des trois frontières

Dans le pays haut Il y a depuis hier

Longwy regarde là-haut

C'est sur la colline rouge

 Qui lance des SOS C'est le syndicat qui bouge

L 'Pays haut crie sa détresse

 

IV

Au pays des trois frontières

 Y a plus de boulot Camarade travailleur

L'as p-t'être droit une vie meilleure Les cadences infernales

 Le petit chef trouve ça normal Mais tu veux vivre au Pays

Même si c'est pas l'paradis

 

V

Au pays des trois frontières

L'ouvrier veut pas crever Aujourd'hui comme hier Il va encore lutter

Monté Sur la taupinière Le combat fait qu'commencer

Au pays des trois frontières Qu'on a voulu étrangler

VI

 

Du salarié on a pris le fric

 Puisé dans le trésor public

P'tit cadeau aux sociétés Qu'on a aussi renflouées

Aujourd'hui les maîtres de forge

Veulent nous prendre à la gorge

Leur système capitaliste

Du chômage allonge la liste

VII

 

Faut ben être concurrentiel

Dans l'marché commun

Sidérurgie t'es ben trop vieille

 On t'balaye en un tour de main

Les fondeurs à la poubelle

V'la la société d'demain

Les emplois s'sont envolés

Et y a rien pour remplacer

 

VIII

 

Y parait qu'c'est plus rentable

C'est d'la faute des étrangers

Au Japon ou a l'Allemagne

 Il faut tout restructurer

On fout dehors l'algèrien

Quand on en a plus besoin

Puis c'est l'tour des plus âgés

A la r'traite anticipée

 

 IX

 Faut pas faire de politique

Y a l'malheur pour d'autres raisons

 Pas d'querelles de boutiques

Merci Bigeard pour Neuves-Maisons

Giscard-Barre restent bien tranquilles

 Les yeux fixés sur l'horizon

Sur celui de l'an deux mille

 Ils nous prennent bien pour des cons

 

 X

Au pays des trois frontières

Le peuple s'est levé

Drapeau rouge pour bannière

Il faut faire l'unité

 Dans la rue 20 000 hier

 Demain il faut continuer

On va trouver la manière

 L'Pays haut pour le sauver .

Publié dans Metz-Nancy

Commenter cet article