LA MOSELLE PERD SES MEDECINS

Publié le par ANTIFA

Selon une étude publiée mardi, en Lorraine comme dans de nombreuses 
régions, la densité de médecins est inégale: la Meurthe-et-Moselle 
dénombre davantage de médecins par habitant que la Moselle.

Un fossé se creuse, selon les atlas régionaux de démographie 
médicale publiés mardi par l'Ordre des médecins. Il s'agit de la 
première étude régionale sur la démographie médicale du Conseil 
national de l'ordre des médecins qui publie chaque année depuis 2007 
un atlas national. «La démographie médicale n'est pas uniquement un 
problème national mais avant tout un problème régional qu'il faut 
aborder spécifiquement avec des particularités locales», selon le 
rapport.

Cette analyse plus fine de la démographie médicale au 1er janvier 
2009 permet notamment de mettre en lumière des disparités 
départementales. Comme en Lorraine. La moyenne nationale se situe à 
290 médecins pour 100 000 habitants mais dans la région on note des 
grandes inégalités. La Meuse compte 190 médecins, les Vosges 219, la 
Moselle 252. Seule La Meurthe-et-Moselle recense plus que la moyenne 
avec 364 praticiens pour 100 000 habitants
.

Les mesures incitatives ne fonctionnent pas

Ces disparités sont observées également au sein des régions où la 
densité est la plus forte comme en Ile-de-France ou en Provence-Alpes-
Côte-d'Azur. La région PACA, la mieux lotie avec 375 médecins pour 
100 000 habitants (contre 290,3 médecins en moyenne en France 
métropolitaine), apparaît dans le détail coupée en deux avec un 
pourtour méditerranéen très attractif et un arrière-pays quasi-
désertique.

Quant à l'Ile-de-France, deuxième région avec 373 médecins pour 100 
000 habitants, elle se révèle être celle où les «inégalités sont 
les plus criantes», selon le rapport. «Paris se distingue avec une 
densité de 742 médecins pour 100 000 habitants tandis que le 
département de Seine-et-Marne n'en recense que 223,1».

Autre constat de ces atlas régionaux, il semble que la mise en place 
de mesures d'aides incitatives à l'installation n'ait pas eu l'effet 
escompté. Ainsi, la région Centre n'attire pas malgré divers 
dispositifs et le recrutement de médecins étrangers notamment 
Roumains. En Picardie, aucun nouvel inscrit ne s'est installé dans une 
des zones recensées par la Mission régionale de santé.

Source: MC/lessentiel.lu avec AFP

Publié dans Infos générales

Commenter cet article